Convivialité ou comment renforcer le sentiment d’appartenance ?

OUT le « Métro-Boulot-Dodo » monotone et sans véritables rapports humains! Nous rêvons à présent tous de « bonjour » quand nous arrivons le matin, de sourires de la part des collègues et, pourquoi pas, d’organiser l’apéro du vendredi avant de fermer la porte du bureau pour le week-end. Voici un bref topo de ce que pourrait être la Con-Vi-Vi-A-Li-Té… Celle qui ne coûte pas grand chose, mais qui (r)apporte (vraiment) beaucoup.

La rentabilité avait, ces dernières années, remporté le match contre la convivialité. Aujourd’hui, la petite délaissée revient en force et nous offre le plaisir d’échanger et la joie de travailler ensemble !

Du rêve à la réalité, entre les désirs, les attentes et les demandes des dirigeants, ceux des DRH et bien sûr des employés, où se situe la zone idéale entre épanouissement et travail efficace ? Faut-il ou non compter les heures de travail ?

Par définition, la convivialité se dessine et se forge hors du temps de travail et de la productivité, dans les temps morts. Elle se développe, ça et là au détour de la pause-café, d’une fin de réunion ou d’un afterwork  et de tous ces moments qui échappent à la hiérarchie.

Tout ça pourquoi ?
Pour que chacun se sente mieux au bureau, bien sûr ! Le « bien-vivre ensemble », la bonne humeur, la bonne ambiance de travail et donc la performance, le travail d’équipe efficace, la valorisation, le respect de l’autre, le goût du contact, un climat de confiance et de bienveillance, la création d’un véritable sentiment d’appartenance et moins de stress. Bref, le plaisir d’être sur le lieu de travail en toute sérénité grâce à une qualité de vie, aussi, hors de la maison. 

Tout ça comment ?
Et oui, comment engendrer et commencer à créer des temps de partage, vecteurs de véritable convivialité par la suite ? Celle-ci se construit au quotidien en encourageant, par exemple, des afterworks autour d’un verre et aux alentours de la société. En organisant une classique journée du personnel ou de courtes conférences au moment du déjeuner qui créeront des débuts de sujets de conversation et des affinités entre collègues.

Ou, pourquoi pas, en suscitant les échanges via l’intranet grâce à un concours ou un partage quelconque. 

D’autres petites mises en place très simples et peu coûteuses peuvent aussi être facilement mises en place : fêtes d’anniversaires, de départ en pension, de signature d’un contrat, partage du repas de midi où chacun apporte sa petite spécialité, etc. 

Au delà des petits événements comme ceux-ci, il y a aussi une attitude quotidienne à adopter. Par exemple, éviter ou relativiser les petits malentendus, féliciter un collègue au lieu de le jalouser pour la signature d’un contrat ou d’un rapport bien ficelé, sourire dès le lundi matin parce qu’on est content d’être là, essayer de laisser ses problèmes personnels à la maison, etc.

La bonne humeur et l’envie d’être là feront déjà beaucoup !

 

Bonne semaine :-)